Dobet Gnahoré

Clinical management system

Dobet Gnahoré, chanteuse, danseuse et percussionniste ivoirienne, a hérité de la force des traditions „bété“ de son père Boni Gnahoré, maître percussionniste de la Compagnie Ki Yi Mbock d’Abidjan, dirigée par Werewere Liking.

Elle rencontre au sein de cette compagnie basée en Côte d’Ivoire, Colin Laroche de Féline, guitariste français, venu s’impregner des mélodies et des rytmes africains aprés avoir été initié à ceux-ci par Toroma Sika en France.

Après un passage dans la célèbre compagnie de danse Tché Tché, elle décide (en 1999) avec Colin de former le duo Ano Neko, ce qui signifie en langue Bété  « Créons ensemble ».

Cette formule à 2 tournera beaucoup en France (1999-2000) où ils sont venus s’installer provisoirement, suite à l’instabilité qui s’est installée malheureusement en Côte d’Ivoire. Ils collaboreront aussi à différents projets (création Nuits Métis avec Ba Cissoko, « Le Cabaret Nomade » et  « L’entre Deux Monde »).

De retour en 2001 à Abidjan, ils participent au MASA off où ils attirent l’attention de tous et dans la foulée, ils enregistrent huit titres sous la direction artistique de feu Marcellin Yacé, tué le 1er jour des émeutes de l’automne 2002.

Et la décision est prise de revenir en France à nouveau, du moins jusqu’à ce que ce beau pays ne retrouve une paix et stabilité politique…

En 2003, le projet artistique se recentre sur le nom de Dobet Gnahoré  et s’agrandit avec l’apport d’une choriste et d’un percussionniste.

Contre Jour qui a pris la destinée de Dobet en main, produit dans la foulée son premier album qui sera appelé « Ano Neko » (Créons ensemble), pour faire le lien avec l’histoire de Dobet et Colin.  Ce CD est composé de titres enregistrés à Abidjan et d’autres durant l’été 2003 en Belgique.

S‘en suivra une année 2004 sur les routes pour une cinquantaine de concerts principalement en Europe.

En 2005 et 2006, Le groupe sera encore sur les routes européenens mais auront l’occasion de tourner en Afrique de l’Ouest . Ils participent au projet Acoustic Africa qui réunit Habib Koite, Vusi Mahalasela et Dobet et qui aura tourné pour une soixantiane de dates en Europe et aux USA en automne 2006 devant un public enthousiaste.

En 2007, après leurs premiers pas aux USA, Dobet et le groupe y retourneront 2 fois en été et en automne pour participer à divers festivals.  C’est aussi l’année de la sortie du deuxième album „Na Afriki“ dans lequel Dobet suit son parcours panafricain et nous parle de „son Afrique“ (titre de l’album)

2008 verra le groupe sur les routes d’Afrique de l’Est, des USA, Brésil, Nigeria, Japon.

Dobet a ausis participer à une tournée avec le maestro balafoniste Aly Keïta pour le projet Aly Keïta & Friends dans lequel Dobet a prêté avec brio sa voix et ses chorégraphies dans un registre plus jazzy, qui montre à quel point sa palette musicale est variée.

En 2009, le groupe prépare son troisième album, entre les différentrs tournées en Amérique Latine, aux USA, en Europe, en Afrique du Sud avec le projet Acoustic Africa remonté avec Vusi Mahaasela et Habib Koite.

Dobet a aussi été sollicité pour le projet Mama Africa en hommgae à Miriam Makeba. Ce projet inité par Angélique Khidjo rassemblait autour d’elle quelques noms de la musique africaines tels Rokia Traore, Ayo, Vusi Mahalasela, Asha et Dobet pour quelquses concert à Paris et à Londres.

L’année 2010 démarre pour Dobet avec la sortie de son troisième album „Djekpa La You“ (enfants des rues) et une consécration au Grammy Awards pour sa contribution avec India Arie au morceau „Pealrs“. inspiré de la mélodie du titre „Palea“ qu’on retrouve sur son deuxième album.  Après déjà plus de 550 concerts, voilà une  nouvelle période pour cette artiste invitée d’ores et déjà cette année sur les scènes en Europe , aux USA, au Japon, au Vietnam, aux Antilles… avec toujours cette même fouge, cette présence scénique incomparable.

Des mélodies mandingues à la rumba congolaise, du ziglibiti ivoirien au bikoutsi camerounais, du high-life ghanéen aux choeurs zoulous, les compositions sont variées et colorées de diverses influences rythmiques d’une grande partie de l‘Afrique.

La sanza, le balafon, la callebasse, les bongos viennent soutenir la guitare, les chœurs et la voix chaude et puissante de Dobet…

Dobet chante en différentes langues africaines : bété, fon, baoulé, lingala, malinké, mina ou bambara, reprenant ainsi la tradition panafricaine du groupe Ki Yi Mbock.

Sur la scène, sa voix, son charisme et sa grande présence, nourrie de plusieurs années de travail théâtral et chorégraphique séduisent le spectateur…

Discographie 

« Ano Neko»  (Contre-Jour – CJ014 – 2004)
« Na Afriki»  (Contre-Jour – CJ018 – 2007)
« Djekpa La You » (Contre-Jour – 2010)

Les musiciens …

Dobet Gnahoré (chant, perçus)
Colin Laroche de Féline (guitare, choeurs)
Clive Govinden (basse, choeurs)
Boris Tchango Kassoung (batterie, choeurs) 

Contact :

Contre Jour
41 Voye d’En Haut
5680 Vodelée (Doische)
Belgique
Tel 0032 82 667 470
www.contrejour.com
info@contrejour.com